Portraits-rencontres

[Rencontrons-nous] Cécile.

Lundi 25 juin 2018, dans le salon de Cécile, quelque part dans Toronto, 14h13.

Je ne sais pas vous, mais moi, parfois, il y a des gens sans même trop les connaître, iels vous impressionnent. Et vous les admirez. Et bien Cécile m’a toujours fait cet effet là.

On s’est connu sur internet. Oui là, vous toustes qui pensez que internet c’est n’importe quoi, c’est tout du faux, du trash blabla. Et bien voilà, vous avez tort. Il existe plein d’espaces d’expressions formidables, où parfois vous rencontrez enfin des gens qui vous font vous sentir moins seul-es, avec qui évoluer, apprendre et vous estimer. Dans l’un de ceux là, j’ai rencontré Cécile.

Ce qui m’a tout de suite frappé, c’est la douceur qui se dégage d’elle. Que ce soit dans ces mots, dans ses gestuelles, mais aussi sa voix et son regard sur celleux qui l’entoure. Beaucoup de compréhensions, de patience et d’empathie.

Cécile c’est sans doute une personne dont on dirait qu’elle est discrète. Pourtant, je crois que c’est surtout qu’elle ne s’accorde pas la place qu’elle mérite. Elle est drôle, pertinente, et inspirante, pourtant, elle donne le sentiment de ne pas croire qu’on puisse apprendre et vouloir apprendre d’elle, ou être dans son entourage. Surtout qu’elle en a des histoires intéressantes à raconter, que ce soit à partir de ses pensées, de ses ressentis, de ses lectures, de ses voyages, de ses études, de ses réflexions, de ses envies ou projets.

Je pense qu’on peut parler de manque de confiance en elle, de doutes, et c’est sans doute aussi ça qui fait que très vite, c’est une personne que j’ai aimé lire, dont j’ai aimé avoir des nouvelles et mieux la connaître. Parce que je pense qu’on partage ce sentiment de ne pas être assez bien, de ne pas faire assez, ni assez bien. Et pourtant, j’aimerais tellement lui montrer combien elle fait déjà beaucoup, et du très beau. Lui insuffler suffisamment de soutien pour qu’elle n’abandonne pas ce qui lui fait du bien parce que ça ne colle pas aux attentes de notre société. Parce qu’elle le mérite. Elle mérite cette place. Sa place.

Je me retrouve beaucoup dans ses convictions et ses valeurs, et je suis admirative parce qu’elles les applique. Car oui, contrairement à ce qu’elle vous dira plus tard, Cécile est pleine d’engagements au quotidien. Et comme beaucoup, elle ne réalise pas à quel point son quotidien est politique, à quel point il est inspirant. Et c’est en pensant à des personnes comme Cécile que j’ai eu envie d’aborder les questions de politique dans ces portraits. Tant de gens font des tas de choses au quotidien, mais sont persuadé-es de n’avoir aucun rôle, aucune légitimité à se dire engagé-e. Parce que trop souvent on nous vole cet engagement, on nous vole cette place. A force de nous marteler que la politique c’est une affaire de parlementaires, de carriéristes ou de militant-es visibles, on oublie que nos vies sont politiques. Que la politique ne se joue pas que dans un isoloir, une assemblée ou tous les 5 ans. La politique c’est tous les jours, dans nos maisons, dans nos lits, dans nos émotions. Au boulot, au supermarché, dans la rue. La politique est partout, la société est partout. Elle nous construit. Mais nous pouvons la déconstruire, et la remodeler à notre façon.

Je vous laisse donc enfin en sa compagnie. En sa très belle compagnie :)

NB: Cet entretien a été réalisé dans des conditions difficiles, en effet, nous étions régulièrement interrompus par nos piqures de moustiques qui se réveillaient et donc des sessions de gratgrat ont ponctué toute la durée de l’échange.

DSC_8838
Cécile.

3 mots importants pour te définir ?

Alors, ça sera plutôt des mots sur comment je me perçois, pas forcément comment les autres me perçoivent.

Rêveuse 

Queer : c’est très bizarre parce que c’est la première fois que ça apparait en public on va dire

Empathique

Y’a-t-il une date particulièrement marquante pour toi, un évènement important qui a changé profondément ta vie ?

Je pense qu’il y a en a plusieurs mais la dernière, enfin, je ne sais pas … mais le 25 août 2011, c’est le jour où je suis partie en Islande, le jour où j’ai décollé de Paris Charles de Gaulle. C’est la première fois que je prenais l’avion, et pour moi c’est le début d’une nouvelle période et je suis toujours plus ou moins dedans. Enfin si je devais trancher, je ne sais pas en combien de périodes je diviserai ma vie, mais celle-ci c’est comme un gros tome et j’écris les petits chapitres.

Qu’est-ce qui te rend fièr-e de toi ?

Je crois que c’est une question assez difficile, je crois que je suis rarement fière de moi. Je suis plutôt dans le jugement négatif…

Je pense que je suis fière de savoir poser des limites, de savoir ce que je peux faire, et ne pas faire, ce que je peux essayer, à quel moment, mais aussi savoir arrêter. Oui, connaître mes limites.

Que ferais-tu si tu avais plus de temps ?

Bah je voyagerais ! Enfiiin! Je voyagerais sans moustiques, sans mouches à chevreuil aha.(ndlr: ceci est un hommage vibrant au week-end que nous avons passé ensemble au parc Algonquin. Nous sommes rentrées couvertes de piqures de moustiques, nous n’avons presque rien vu, et nous avons vécu une course poursuite voiture vs mouches à chevreuil. Un week-end nature de qualité aha !).

Je pense aussi que j’essayerai de faire plus de choses créatives, plus de peinture, plus de dessins, plus de musique.

Et si tu avais plus confiance en toi ?

Oula. Euh. Je voyagerais plus ! Je ferais plus de choses en les montrant aux autres, parce que par exemple le dessin, je ne montre pratiquement jamais mes dessins, enfin il y a une seule personne qui a vu les derniers. Et j’oserais plus faire des activités avec d’autres gens.

DSC_8840

Ça signifie quoi « voyager » pour toi ?

C’est la découverte au sens le plus large du terme, découvrir un nouveau lieu, redécouvrir un lieu, découvrir des gens, et se découvrir soi-même.

Qu’est ce qui te motive dans le fait de voyager ?

Je pense que c’est me prouver à moi-même que je suis capable de le faire. Oui, si la motivation ne venait pas de moi-même, j’aurais aucun intérêt à aller quelque part et à me confronter aux moustiques aha.

Quel projet de voyage te tient le plus à cœur ? Pourquoi ?

Je crois qu’ils en ont tous … Après je choisis ce qui va être publié ou pas aha.

Celui que je vais faire en Écosse avec mon amie Gabrielle, et qui j’espère lira cet article, parce que c’est un truc qu’on va préparer à deux, qu’on va le faire touts les deux que je serais en vacances, et je pense que ça sera cool.

Après projet, c’est aussi assez vague comme termes, parce que j’ai des idées de voyage aussi. J’aimerais aussi, j’espère l’hiver prochain, aller en Amérique latine. Et y aller seule. Et revenir vivante. Et découvrir plein de choses, prendre mon temps, faire un beau voyage de plusieurs semaines.

Est-ce que tu as un objet un peu particulier que tu emmènes toujours en voyage ?

En général je n’ai pas d’objets particulier parce que je vais au plus utile, ceci dit je pense mon bonnet violet qui abrite mon appareil photo est assez particulier, spécial.

Quel regard tu poses sur le monde qui nous entoure ?

Je crois que j’ai un regard assez naïf, mais c’est plus pour me protéger, car je sais très bien que le monde n’est pas forcément très beau, très propre… Je pense qu’on détruit le monde plus qu’on ne l’entretient, et du coup comme c’est quand même assez dure comme vision, enfin c’est très pessimiste, je pense que j’ai un regard en général naïf. Je pense que les gens ne vont pas faire de choses moches ou ne sont pas méchantes mais je crois que c’est juste pour me protéger, parce que sinon je verrais tout en noir tout le temps. J’essaye de voir du positif même si au fond je sais que c’est plutôt très négatif de manière générale.

A ton avis, est-ce que tu as un rôle à jouer dans « changer le monde » ? Si oui, lequel ? Si non, pourquoi ?

Je ne pense pas non, pourquoi parce que je ne suis pas le genre de personne qui agit, enfin je ne sais pas, je suis plutôt en retrait, dans l’ombre, je n’agis pas sur le front. Je vais plutôt rallier des gens ou des groupes, je ne suis pas une leadeuse, ou une cheffe de fil.

DSC_8811

Te considères-tu engagé-e politiquement ? Si oui comment ? Si non pourquoi ?

NON.

Pourquoi, alors déjà je suis au Canada, je n’ai pas le droit de voter, c’est dur de s’intéresser à la politique quand tu n’as pas le droit d’y participer en tant que citoyenne.

Et puis, je suis trop loin de la France pour garder un œil sur la politique.

Et aussi, je n’arrive pas à me retrouver dans les grands partis, j’ai l’impression que c’est toujours la même chose, que c’est toujours trop loin, trop haut dans les hiérarchies. Je pense que les changements se font au niveau communautaire, très local.

*Intervention de ma part (oui ceci arrive souvent à ce moment là des questions, donc dès le prochain portrait, l’articulation de mes questions va changer)*

Vu que tu penses que les changements doivent avoir lieu au niveau communautaire ou local, ou vu que je suis convaincue que tu es persuadée que faire des choses dans son coin, touste seul-e c’est aussi faire quelque chose, pourquoi tu penses que c’est pas politique ?

Peut-être alors que je suis politique, mais je n’en suis pas consciente, peut-être que je ne suis pas politique car je ne suis pas activiste. J’ai des valeurs, j’ai des convictions, je fais des choses, mais je ne vais pas aller voir les gens pour leur dire qu’il faut qu’iels fassent comme moi. Je suis plutôt, ouverte à la discussion, plutôt du genre à faire des choses et attendre qu’on m’interroge, qu’iels me posent des questions plutôt que de dire « ah bah regarde j’ai fait ça ».

Mais tu as raison, tout est politique. Etre végane c’est politique. Quand je vais faire mes courses et que je prends mes sacs réutilisables, c’est politique. Quand je ne prends pas les gobelets jetables c’est politique.

Quelle est ta conviction la plus forte ?

Alors, je ne sais pas comment expliquer, mais je pense que les gens sont pas catégorisables au point où on veut les catégoriser. Je ne comprends pas que la société  mette autant les gens dans des catégories, comme si c’était défini pour toujours, alors qu’on change, que chacun et chacune évolue. Et ça peut être sur tous les plans, l’orientation sexuelle, le genre, mais aussi les convictions politiques puisqu’on en parlait, etc.

Par exemple, je ne sais pas, mais être végane, je ne suis pas née comme ça. Ou …

En fait, je ne sais pas comment expliquer clairement ma conviction, mais c’est juste qu’on est pas figé-e et qu’il y a toujours matière à évoluer. Et c’est dommage qu’on ait autant de barrières et d’oeillères.

Et qu’il faudrait laisser aux gens le choix aux gens de se nommer, de se catégoriser, d’évoluer, plutôt que d’imposer des choix.

Quel(s) conseil(s) voudrais-tu me donner pour le reste de mon voyage ? Ou même de ma vie ?

C’est pas grave si il y a des moustiques. Bon si c’est grave quand même.

C’est d’en profiter le plus possible, et de toujours essayer de voir le positif quand tu vis une situation pas évidente. Par exemple, chercher les choses positives, quand t’es submergée par les choses négatives.  Par exemple, là, on va se souvenir des mouches et moustiques mais on a aussi vu de beaux paysages, on a dormi 2 nuits dans un endroit super, on était ensemble, on a bien rigolé. Et j’aimerais me souvenir essentiellement de ça, plutôt que des moustiques.

Et c’est pas grave on verra des orignaux un autre jour !

 


Encore merci Cécile. Pour cet entretien, pour nos échanges, pour ce week-end. Pour tes conseils, nos rires. Et pour beaucoup plus encore.

Note aux moustiques et aux orignaux : nous n’avons pas dit notre dernier mot !

Publicités

5 réflexions au sujet de “[Rencontrons-nous] Cécile.”

  1. Encore une fois un joli portrait ! Effectivement on sent un engagement politique quotidien chez Cécile, même si elle ne nomme pas ainsi. Par contre, à la fin je crois que ton correcteur orthographique t’a joué des tours… C’est « orignaux » que tu voulais dire, non ?
    Bises ! Et je voulais te dire, j’ai un projet de voyage en 2019, et depuis que je lis tes articles canadiens je suis sûre que ce voyage passera par la Canada 😉

    1. Merci :)
      Et ouiii le correcteur s’est emballé aha !
      Ooooh c’est super, je pense qu’il y a vraiment des choses formidables à voir au Canada, et je crois que pour beaucoup d’entre elles, je ne les ai pas encore vu aha !
      Et du coup c’est marrant, parce que de mon côté, je crois que la Patagonie va être au rendez-vous prochainement …. SUSPENSE ! A voir si je vais en être capable et oser !!

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s