Portraits-rencontres

[Rencontrons-nous] Antonio.

Lundi 28 mai, Saint-Laurent de l’Ile d’Orléans, 17h30 heure locale.

Antonio, c’est ce petit gars rencontré un dimanche soir devant une gare et dont je n’avais pas imaginé que nous aurions de si chouettes conversations. Du haut de ses presque 26 ans, il est venu au Canada pour progresser en anglais, avec la ferme intention de s’y installer un jour. Au Canada, mais pas que d’ailleurs. Antonio c’est un poisson dans un trop petit bocal, il a envie de tout voir, de tout découvrir, de tout explorer. Et il se donne de la peine pour le faire. Beaucoup de peine.

Né dans une petite ville du centre nord du Mexique, il a vu son père, puis ses sœurs partir pour trouver du travail aux Etats-Unis. Il a grandi au milieu de ses histoires d’immigration, plus ou moins réussies, plus ou moins difficiles. Au milieu de cette violence hypocrite de l’administration étatsuienne face à l’immigration mexicaine (et plus globalement hispanophone), il a construit un rêve, celui de voyager. Celui de découvrir le monde, de pouvoir y vivre et circuler librement, sans craintes, sans douleur et sans limites.

Il a donc choisi d’étudier le tourisme, puis de travailler quelques temps pour faire ce premier pas vers son rêve de voyage : venir au Canada.

On s’est rencontré dans le cadre d’un volontariat dans une auberge/môtel et on a beaucoup discuté pendant le mois et demi passé ensemble. On a notamment parlé d’immigration, de racisme, de l’absurdité des frontières qui de toute façon seront franchies par des gens voulant autre chose, voulant mieux. On a parlé du Mexique, des clichés qu’il subit, de la violence qui existe, de la pauvreté, du manque de perspectives. Mais aussi de sa nourriture, de ses fêtes, de ses richesses, de ses contrastes, de la méconnaissance que nous en avons, nous occiendaux-les.

On a ri aussi, beaucoup. On a fait des plans pour sa participation à The Voice US, on s’est raconté des anecdotes de soirée (il a les meilleures que j’ai jamais entendu aha) Et il fait le meilleur levé des yeux au ciel du monde !

Et puis, il m’a aussi montré combien il était gentil, souriant, prévenant, proche de sa maman, un soutien pour ses ami-es. Combien il observait le monde avec un regard positif et bienveillant. Combien il avait de l’espoir et de la force en lui.

On a aussi parlé de nous, de confiance en soi, de doutes et d’ambition. Parce qu’Antonio il sait ce qu’il veut, il sait ce qui l’anime, et il se lance pour les obtenir. Apprendre l’anglais, apprendre le français, passez un test d’évaluation de langue, se lancer dans les démarches de visas pour le Canada, ne pas lésiner sur les efforts, et y aller. Oser. C’est peu tout ça Antonio.

DSC_7774

 

Maintenant on va partir à sa rencontre à travers ses mots. Cet entretien a été fait en anglais, et la traduction c’est un métier, et clairement pas le mien aha. J’espère arriver à retranscrire ses mots le plus justement possible et à ne pas le trahir.

3 mots importants pour te définir ?

Rêveur : Je suis toujours en train de rêver, même lorsque je suis éveillé. Je rêve du futur, de mes nombreux projets, de mes voyages, du fait que j’ai envie d’aller dans tellement d’endroits !

Concentré : lorsque je fais quelque chose, je suis vraiment à fond dedans, vraiment focus.

Respectueux : Je pense que c’est la valeur la plus basique mais également la plus importante à avoir pour établir une bonne relation avec n’importe qui. Le respect c’est essentiel.

 

Y’a-t-il une date particulièrement marquante pour toi, un évènement important qui a changé profondément ta vie ?

Lorsque j’ai eu mon Bachelor en tourisme. Enfin, j’obtenais ce pourquoi j’ai tant travaillé, je n’avais jamais imaginé étudié le tourisme, jamais imaginé que je pourrais un jour étudié, jamais imaginé être capable de faire ça. Alors cette date définit le futur que je souhaite vivre.

 

Qu’est-ce qui te rend fièr-e de toi ?

Je suis fier de voir que je suis quelqu’un de déterminé. Aujourd’hui, je me sens assuré, je me sens confiant, aujourd’hui je sais ce que je veux faire, et je vais tout faire pour que ça arrive.

 

Que ferais-tu si tu avais plus de temps ?

Déjà, je passerais plus de temps avec ma famille, parce qu’avec le domaine de travail que j’ai (les horaires, les voyages), cela met de la distance avec eux. Alors je voudrais prendre le temps de profiter avec eux.

Ensuite, je prendrais le temps d’aider les personnes qui en ont besoin, que ce soit à travers des œuvres de charité que les gens autour de moi.

 

Et si tu avais plus confiance en toi ?

Je travaillerai dans le monde de la musique. Chant ou même jouer d’un instrument. Je ne suis pas loin, mais je ne me sens pas confiant malheureusement, parce que j’adore ça.

 

Ca signifie quoi « voyager » pour toi ?

Pour moi, voyager permet de connaître le monde dans lequel on vit, parce que c’est important de connaître la valeur des choses, de notre planète. C’est la chose la plus essentielle pour l’humanité, faire attention à ce que nous maintenant pour le futur. Voyager, c’est pour moi le moyen de voir ce qui se passe dans le monde.

 

Qu’est ce qui te motive dans le fait de voyager ?

Découvrir c’est le plus important, j’aime vraiment découvrir les différentes cultures, rencontrer les gens, connaître qui ils sont, comment ils vivent, se comportent et se sentent.

Et aussi découvrir les différents lieux, notamment les lieux naturels, j’aime la nature et j’ai besoin d’être en contact avec elle.

DSC_7741

Quel projet de voyage te tient le plus à cœur ? Pourquoi ?

Celui de parvenir à voyager dans le cadre de la conservation de patrimoine, ça serait mon aboutissement professionnel. Etre engagé dans la protection de différents lieux, peu importe que ce soit des bâtiments, des monuments, la nature ou les animaux, juste préserver, préserver l’humanité.

J’ai également un projet, pas de voyage pour moi, mais peut-être pour d’autres. Il y a un lieu dans ma famille, au Mexique, où j’aimerais construire un endroit safe pour y vivre. Aujourd’hui ce n’est que de la végétation, des plantes, un peu comme une forêt mais désertique, avec une petite rivière. C’est un lieu très important pour mon père, je dois en faire quelque chose de bien, c’est important de la protéger, et de le mettre en valeur.

 

Est-ce que tu as un objet un peu particulier que tu emmènes toujours en voyage ?

J’ai toujours de la musique avec moi. C’est mon précieux aha. C’est la seule chose que j’ai toujours sur moi. Parce qu’elle te fait te sentir serein, et que peu importe où tu es, tu te sens comme à la maison.

 

Quel regard tu poses sur le monde qui nous entoure ?

Je pense un regard heureux, parce que je me sens heureux. Tu dois toujours trouver le bon côté des choses, toujours chercher le positif, peu importe ce qui arrive.

 

A ton avis, est-ce que tu as un rôle à jouer dans « changer le monde » ? SI oui, lequel ? Si non, pourquoi ?

Oui je le crois, je veux combiner développement durable et tourisme, je veux m’engager là-dedans.

 

Te considères-tu engagé-e politiquement ? Si oui comment ? Si non pourquoi ?

Non je ne pense pas, parce que je n’aime pas la façon dont les personnalités politiques gèrent les choses, ce n’est pas ce que le monde a besoin.

 

*** Intervention de ma part ***

Tu ne penses pas que le développement durable c’est politique ?

Hum oui ça l’est, c’est vrai. Alors va pour l’engagement politique, mais je n’aime pas l’idée de carrière politique, j’aime l’idée d’une façon de vivre politique, mais pas d’en faire une carrière.

Peut-être plus comme quelqu’un comme Di Caprio par exemple, quand j’ai vu son documentaire, je me suis dit que c’est ce genre de vie que j’aimerais, montrer ce qui est important dans le monde.

 

Quelle est ta conviction la plus forte ?

L’égalité entre les gens. Nous sommes toustes les mêmes, peu importe la race, le genre, il n’y a rien de plus important que notre égalité. Au final, c’est la seule solution pour vivre dans un monde meilleur, être tolérant, respectueux, peu importe qui tu es ou ce que tu fais.

DSC_7769

Quel(s) conseil(s) voudrais-tu me donner pour le reste de mon voyage ? Ou même de ma vie ?

Ne culpabilise pas quand tu fais des choses pour toi. Il faut se sentir bien pour pouvoir ensuite faire de belles choses autour de soi. Tout est possible, si tu le veux, tu peux le faire, la seule chose à faire c’est de croire en ton projet. Je me souviens d’une belle phrase que m’a dit ma cheffe lors de mon stage, « tu dois être patient, si tu es une bonne personne, de belles choses t’arriveront ». Il faut croire aux choses positives, et être la meilleure personne que tu puisses être, c’est l’objectif d’une vie, parce qu’à la fin, tu seras le seul juge.

 

Encore merci à toi Antonio. Pour tes mots, ces discussions et ce mois de rire. Et à un de ces jours, peut-être, au Mexique, au Pérou ou en France

Publicités

2 réflexions au sujet de “[Rencontrons-nous] Antonio.”

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s