Canada

[PVT] Canada : Mes 10 premiers jours à Montréal.

Après un départ plein d’incertitudes, j’ai fini par poser mes sac-à-dos (oui c’est la fin du mythe de la voyageuse à un seul sac) à Montréal pour une dizaine de jours.

Pourquoi Montréal ?

Comme beaucoup, parce que le trajet est direct avec Air Transat, que la ville est au Québec, donc dans une province où la francophonie est reine. Et qui dit francophonie, dit moins de stress quant aux démarches administratives car moins de peurs de ne pas comprendre le fonctionnement.

Et puis Montréal, c’est une grande ville, une de celle dont tout le monde vous parle, une dont on entend beaucoup de bien. Bref, une ville avec qui beaucoup tombent en amour.

Et tes impressions alors ?

Je vais le dire tout de suite, en tant que touriste, je n’ai pas vraiment apprécié Montréal. En dehors du vieux Montréal, de quelques rues par-ci par là, j’ai trouvé la ville trop impersonnelle, avec beaucoup trop de travaux, bref, je n’ai pas trouvé de charme à cette ville. Et déjà que je suis plutôt de la team nature&paysages, pour qu’une ville me plaise, cela demande pas mal de paramètres. Au final, je crois que j’ai eu le sentiment d’être dans n’importe quelle ville nord-américaine. Une petite concentration de bulding par-ci, trois petites rues pavées par-là, saupoudrés d’un quartier un peu village, et finement mélangés avec des immeubles briqués, des tags, des longues et larges routes droites, de la circulation et des gens qui marchent. Tadam.

Alors forcément, j’étais un peu ronchon.

Pourtant, j’ai vite senti quelque chose, comme si ce qui pouvait me plaire dans Montréal était ailleurs. Je crois que, pour moi, Montréal n’est pas une ville à visiter, mais une ville où vivre. J’y ai trouvé la vie douce. Je ne sais pas tellement comment l’expliquer, mais c’est ce que j’en retiendrais. Ce sentiment de sécurité en marchant seule dans la rue, malgré la nuit, malgré les gens qui errent dans les rues. Cette bienveillance, ces petits mots militants, ce sentiment que tu peux être qui tu veux, tel que tu le souhaites.

Mais alors, t’as rien vu/visité/aimé ?

Comme je le disais plus haut, j’aime flâner, alors bien sûr que j’ai vu des choses. Par contre, est-ce que j’en ai photographié ? Et bien pas tant. C’est à la fois révélateur de ce que je vois, mais aussi de mon état d’esprit. Les premiers jours ayant été particulièrement stressants, je n’étais pas du tout en phase avec mon appareil photo. Toujours dans mon sac, mais rarement entre mes mains.

Et puis au fur et à mesure, j’ai fini par de nouveau l’accoler à mon oeil.

  • Le Mont Royal

C’est un peu la chose que l’on vous dit d’aller voir. En même temps, Mont Royal – Montréal ça en dit long sur l’importance de cette colline pour la ville. Malheureusement, en hiver, il est un poil plus compliqué d’explorer ce petit bout de terre, parce que sans raquettes, la neige est plutôt handicapante, pour vous dire, il y a des gens qui skient sur ce fameux mont. Oui oui, des skis. Du coup, c’est seulement jusqu’au belvédère de Kondiaronk que j’irais trainé mes cuissots. Après quelques centaines de marches et quelques pas sur le verglas, on y arrive.

Autant le dire tout de suite, j’ai été déçue (comment ça encore ?). Vraiment, on m’a tellement parlé de cette vue que j’en attendais beaucoup. Et bon finalement… Alors ce n’est pas nul, mais pas aussi grandiose que ce que d’autres m’ont laissé entendre. Je pense que le manque de feuillage du à l’hiver a aussi joué.

Toutefois, la belle surprise a été d’attendre la nuit. Parce que clairement, le seul vrai intérêt que je trouve aux buldings, il se trouve dans les lumières une fois la nuit tombée.

DSC_6050

DSC_6072

DSC_6082Et si on laisse ma ronchonite de côté, je crois que les sentiers proposés dans le parc peuvent vraiment vous réjouir, en hiver, comme le reste de l’année (le lac aux castors gelés, les différents belvédères etc.). Et puis on croise des écureuils un peu partout, donc FORCEMENT c’est un peu chouette quand même.

  • Le vieux port de Montréal

C’est la première chose que je suis allée voir en arrivant, parce que je voulais savoir si le fleuve était gelé. C’est quelque chose qui m’a toujours fasciné, et en dehors d’une fine couche de glace sur la Saône en 2012, je n’ai jamais vu un grand fleuve gelé. Alors, forcément que je trépignais. Et bon bah, non le St Laurent n’était pas gelé. Fin du game. Bye.

Non je plaisante, pas gelé, mais il transportait des morceaux de glace au loin (et plutôt vite d’ailleurs), donc c’était pas si mal, et surtout, toutes les petites marinas/enclaves dans la port étaient bel et bien gelées ! Ca m’a fasciné !

Et globalement, se balader le long du port est plutôt agréable.

DSC_5954

DSC_6094

DSC_6103

DSC_6111_1

DSC_5962

DSC_5967

  • Le festival « Montréal en Lumières« 

Hasard du calendrier, je suis arrivée (et restée) à Montréal pile pendant la période du festival. Bon, posons les bases toute de suite. Après avoir passé moult années à Lyon, il convient de préciser que niveau festival de lumières, je m’y connais un peu. Et je dois donc admettre que Montréal partait avec beaucoup de pression sur les épaules. Et … Montréal a échoué. Clairement, je ne comprends pas tellement le côté « lumière » de ce festival. Activités sportives, expos artistiques, promotions de marques (coucou le sponsoring trèèèèèès écrasant), ok, mais le côté lumière. Bof bof. D’ailleurs, j’ai pris très peu de photos des quelques installations lumineuses.

DSC_6146

DSC_6019

DSC_5997

  • Des choses ici et là

Le quartier du plateau, Mile end, les graf’, le boulevard St Laurent, le Vieux-Montréal et ses pavés, le réseau souterrain de la ville, le parc botanique, les marchés, la rue Sainte-Catherine Est, quelques petits détails ici et là, etc. Bref, encore plein de petites choses à découvrir au hasard d’une rue, d’un détour. Je n’ai pas du tout arpenter toute la ville, loin de là, et c’est bien pour cela que je trouve que c’est une ville qui se vit plus qu’elle ne se visite (et en plus, il y a plein de petites choses à grignoter végétaliennes, alors forcément au quotidien ça doit être chouette).

DSC_6130

DSC_6155
La grille qui symbolise le silence médiatique et institutionnel face aux milliers de femmes autochtones disparues et assassinées.
DSC_6163
La neige qui limite les déplacements, allégorie.

DSC_6172

DSC_6175

DSC_6178

DSC_6182

DSC_6194

DSC_6179

 

En bref, je ne suis pas tombée amoureuse de Montréal, et nos chemins ne vont sans doute pas trop se recroiser. Et ce n’est pas grave, il y a bien des choses à voir ailleurs.

2 réflexions au sujet de “[PVT] Canada : Mes 10 premiers jours à Montréal.”

  1. tout à fait d’accord avec toi pour dire que Montreal ne se visite pas il faut y vivre pour l’apprécier !!!
    Pour la securité, la bienveillance et la bonté des gens c’est partout pareil ailleurs dans le pays ! ..et j’ai meme envie de te dire que dans les provinces anglophones c’est encore plus prononcé ! Vive le Canada 🙂

  2. Ravie de voir que je ne suis pas la seule à ressentir cela pour Montréal ! J’attends la suite pour pouvoir me prononcer sur le Canada, vivement le départ pour l’ouest 😉

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s