La photo du mois #5 : Carré.

Nouveau 15 du mois, nouveau défi de La photo du mois. Le principe est toujours aussi simple, chaque mois:

  • un thème choisi par l’un des participants
  • une photo à publier le 15 à 12h tapantes
  • toute une tripotée qui participent

Ce mois-ci, c’est Tuxana qui a choisi le thème, qui est donc … « Carré ». Le but n’est pas d’avoir une photo carrée, mais un ou des carré(s) sur l’image.

Petit carré à cocher pour fait de société à dénoncer:

dsc_0250

Rien, absolument rien, ne justifie ou excuse un viol.

Tous les « oui mais », tous les « mais comment t’étais habillé/tu avais bu/tu étais où? », tous les jugements sur le comportement de la victime ne sont que des coups supplémentaires que vous lui portez pendant que vous légitimez l’agression et excusez l’agresseur. Il n’y pas de bonne victime, de victime respectable, de vraie victime. Il n’y a que des victimes.

Trop de victimes.

Ne déresponsabilisons pas le seul et unique coupable: le violeur.

Il n’y a pas de malentendus, de justifications ou d’erreurs, il n’y a que des violeurs qui décident de violer et nient le consentement de leur victime. 

Pas de violeur = pas de viol.

Non c’est non.

Et hop, on file voir les autres participations en piochant dans ces liens :
Lilou Soleillant, Morgane Byloos Photography, Gilsoub, Dr. CaSo, Lyonelk, Céline in Paris, Lair_co, Rythme Indigo, Nicky, Chat bleu, Escribouillages, Aude, Carole en Australie, Josette, Luckasetmoi, Gine, Danièle.B, Je suis partie voyager, La Fille de l’Air, Koalisa, Philae, Estelle, Lau* des montagnes, Josiane, La Tribu de Chacha, Tuxana, écri’turbulente, J’habite à Waterford, Lavandine83, Mirovinben, magda627, Tambour Major, Pat, Philisine Cave, Alban, Renepaulhenry, Blogoth67, Tolen 29, DelphineF, Frédéric, Calamonique, Sense Away, Laurent Nicolas, Chloé, Cécile, Kenza, Giselle 43, Mamounette et ses aiguilles, MauriceMonAmour, Angélique, Cricriyom from Paris, Sinuaisons, Brindille, CécileP, Christophe, Akaieric, Testinaute, Lavandine, Nanouk, Noz & ‘Lo, E, El Padawan, Krn, Xoliv’, Pilisi, ÔBD, Who cares?, Alexinparis, Eurydice, Mamysoren, Autour de Cia, Chiffons and Co, The Beauty is in the Walking, Sous mon arbre, BiGBuGS, Milla la galerie, François le Niçois, KK-huète En Bretannie, Evasion Conseil, Paul Marguerite.

Publicités

19 commentaires Ajouter un commentaire

  1. xoliv dit :

    eh oui, si les gens étaient un peu moins frustré du cul , on n’en serait pas là.

    1. Lair_co dit :

      Huum pas vraiment. Le viol est avant tout un acte de domination sur l’autre, lui montrer que son consentement ne change rien, que la victime n’a pas de pouvoir. La frustration sexuelle n’est qu’une nouvelle excuse avancée par les violeurs pour se dédouaner de leur acte criminel, en réalité ils décident délibérément de nier la victime et de la violer.

  2. oth67 dit :

    Toujours cocher la bonne case et supprimer ces autres « choix » !

    1. Lair_co dit :

      Exactement, une seule bonne réponse possible !

  3. Cécile dit :

    J’aime tellement ton idée de publier des photos engagées :)

    1. Lair_co dit :

      Oh merci :)
      J’espère arriver à tenir pour chaque thème ou au moins une majorité !

    1. Lair_co dit :

      Merci !

  4. Effectivement, trop de carrés sont proposés dans cette photo. Merci pour ton texte.

    1. Lair_co dit :

      Merci pour ce commentaire réconfortant !

  5. casa06 dit :

    j’aime cet engagement, bravo

    1. Lair_co dit :

      Merci beaucoup !

  6. lavandine83 dit :

    Manif au carré !!!!! Pas de circonstances atténuantes !!!! Appelons un chat :un chat ………..

    1. Lair_co dit :

      Effectivement pas de détour et pas de déni !

  7. brindille33 dit :

    Merci pour avoir coché la bonne case au carré.
    @ Xoliv, pas du tout d’accord avec toi. Dans le viol, il y a du pouvoir, de la perversion, des choses horribles que je ne détaillerai pas. J’y suis passée plusieurs années de suite, et je sais de quoi je parle en ayant été la femme de mon père. J’ai pu me soustraire à son emprise par la ruse et aussi d’une autre manière. Comme dirait une psychiatre que j’ai bien connue, vous avez eu du courage, de la volonté et de la résilience. Mon père aurait dû aller au bordel, et non pas s’abattre d’abord sur une petite fille et ensuite sur une adolescente. J’aimerais beaucoup faire un article sur ce sujet. Là je suis en pleine séparation et je n’ai pas du tout le temps. Beaucoup trop de femmes subissent et/ou petites filles, petits garçons et plus grand(e)s même ce genre de violences. A Bordeaux et ailleurs il existe des groupes de parole.
    J’ai soixante-six ans, je mène affectivement une vie de bâton de chaise par mauvais choix, je le sais et j’en ai conscience.
    Je peux parler en toute liberté de sexualité parce que c’est l’amour qui m’a permis de me libérer. Et uniquement l’amour du père de mon fils pour moi-même.
    Après il y a eu d’autres tranches de vie. Sinon la vie est tout à fait normale et la photo est un monde magique. Merci pour la tienne et si tu n’as pas trop envie de publier mon témoignage, tu peux l’enlever, cela ne me dérange pas. J’ai bien eu mon mari qui récemment m’a accusé après douze ans de mariage d’oser raconter autour de moi ce que j’avais vécu. Et alors ? lui ai-je répondu. Et là je ne suis pas tendre du tout, c’est fini ce temps là dans ce domaine. C’est quoi ces retournements machistes de situation. Cela m’agace.

    1. Lair_co dit :

      Déjà, jamais je ne tairais le témoignage d’une victime.
      Mais si jamais aujourd’hui ou dans 2 ans si tu souhaites l’effacer je le ferais sans problème, la victime reste maître de sa parole en toute circonstance.

      Et tu as tout mon soutien pour t’exprimer sur ce sujet. Parce qu’en plus la société dans laquelle on vit blâme aussi les victimes pour leur réaction à leur agression:
      – lorsque des victimes portent leur voix et témoignent ont leur rétorque que c’est indécent, inapproprié ou « olololo la présomption d’innocence »
      – lorsque des victimes ne s’expriment pas on leur rétorque qu’elles auraient du porter plainte, qu’elles auraient du témoigner, etc.

      Et cela à chaque fois, sans tenir compte de la violence que représente le fait de s’exprimer (accusation de mensonges, refus de recevoir une plainte au commissariat, jugement sur sa personne, requalification du crime en délit, etc.) ou ne pas s’exprimer, les victimes vivent leur reconstruction comme elles peuvent et cela malgré les innombrables bâtons qu’on leur met dans la vie. Bref, encore une fois on tient les victimes pour responsables, et on les blâme de ne pas réagir correctement, alors que la seule bonne réaction c’est celle qui permet à la victime de s’en sortir.
      Et c’est très important de parler du terme de résilience.
      Dans tous les cas les victimes sont perdantes, alors tu as bien raison de t’exprimer quand et comme tu le souhaites. Tout mon soutien pour cela.
      Merci pour ce témoignage.

      1. brindille33 dit :

        Bonne nuit à toi. Je suis entièrement d’accord avec toi sur ton développement et ton excellente vision globale. Chaque histoire est personnelle, individuelle et unique. J’ai entendu aussi des personnes qui venaient m’écrire masculines ou féminines. Pour se confier par écrit, pour oser en parler peut-être. Je ne me tairai jamais à ce sujet. Et ce ne serait pas pour victimiser mais pour donner de l’espoir qu’il y a moyen de s’en sortir comme on peut. J’ai eu la grande chance de ne jamais avoir ressenti cette culpabilité vis à vis de l’auteur. Ce sont plus tôt, et à l’heure actuelle que les personnes hélas proches arrivent à me demander de me taire. Je donnerais l’exemple de mon fils. J’ai crains pour mon petit-fils, le père de mon fils a tout de même caressé ma fille lorsqu’elle était petite. Et bien je ne peux plus en parler. C’était pour ma fille son beau-père et elle était petite. Mon mari il n’y a pas très longtemps et là j’ai été vraiment scandalisée venant de sa part. N’oublions pas le rôle des mères, comme la mienne que j’ai appelé Madame Tournedos, ignorant jusqu’à sa mort cette chose là. Heureusement j’ai pu lui dire ce que j’avais sur le coeur. Elle ne le méritait pas étant elle-même victime de coups et de trois tentatives d’assassinats sur sa personne. Alors avec le recul, et les moyens de l’époque, la femme qu’elle était a fait comme elle a pu. Je dis cela aujourd’hui. Longtemps je lui ai reproché de ne pas avoir apporté assistance à une personne, petite, en danger. Elle a cru la parole de mon père pas la mienne. Lorsque je suis allée au groupe de paroles près de Bordeaux, je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule dont la maman avait tourné le dos à ce fait. Pour le coup je sortais de ma planète mère-fille-silence-négation du fait et de son existence, de la mienne aussi. Les femmes pour beaucoup, il suffit d’écouter ce qui se passe sur les enfants au niveau de la maltraitance, ou celles sur les femmes elles-mêmes et aussi les hommes battus, que cela reste encore tellement tabou. L’inceste n’est pas la pédophilie. L’inceste c’est un viol commis par un membre de la famille. Conclusion : Tant de dégâts réversibles ou pas. Ou cahin-caha. Merci de m’avoir répondue, et merci pour ta belle réponse si juste. Témoigner ne me pose aucun problème, je parle de tout cela facilement. Même si le ventre se crispe encore quelque fois par le stress.

  8. elPadawan dit :

    Impossible de ne pas être d’accord, en même temps… Merci d’avoir utilisé le thème pour éveiller un peu les consciences…

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s