A la découverte des Puys d’Auvergne: randonnées entre Massif du Sancy et Puy de Dôme.

Je ne sais pas si ça va me porter la poisse ou non, mais j’aspire à croire que ce retour est le bon, alors je le dis en chuchotant et on file direction l’Auvergne en attendant de voir ce que ça va donner.

Depuis Juin de grands chamboulements ont eu lieu, j’ai déménagé, commencé un nouveau travail, un nouveau quotidien, et j’ai une nouvelle façon de vivre à appréhender. Et surtout j’ai donc un nouveau terrain de jeu à explorer. Je parlerais de ce nouveau lieu plus tard (mais c’est déjà visible sur Instagram), mais tout ceci est livré avec un autre changement : une voiture. Après 8 ans de permis sans conduite, me voilà sur les routes. Je peux donc en profiter pour aller titiller quelques montagnes de temps en temps (en tout cas je l’espère), et ma première destination hors département: l’Auvergne et ses volcans.

Pour le 15 août, j’ai donc avalé plusieurs centaines de kilomètres pour aller épuiser mes cuissots dans le massif du Sancy et découvrir le géant Puy-de-Dôme pendant 5 jours.

DSC_0663

Jour 1 : La route et la mise en bouche.

J’ai donc commencé la journée par un peu de route : sinueuse dans les vallées, puis de longues lignes droites, avant de retourner dans les petites montées. Tout ça pour atteindre le premier arrêt : Mont-Doré. Ce petit village se trouve tout près du Massif du Sancy côté nord. Après une installation rapide en camping, je file faire une petite balade. Petite balade qui va se transformer en premier étirement des cuissots. Je suis donc partie à l’assaut du Capucin, un petit volcan arrondi. Après avoir croisé un grand troupeau de vaches à la cloche des plus sonores et monté les derniers mètres séparant du sommet, c’est une vue dégagée sur le Sancy mais également sur la vallée de la Dordogne qui s’étend devant moi. Et quelle vue ! Je redescends et je me décide à prolonger un peu la balade en commençant l’ascension du sentier des crêtes du Sancy. Malheureusement, l’heure avançant (et la nuit se rapprochant) j’ai fait demi-tour avant d’atteindre le plus haut des crêtes. Dommage puisque ce chemin ne sera pas celui que j’emprunterais le lendemain, mais c’était une bonne mise en bouche avant la grande rando du lendemain.

DSC_0669

DSC_0674
Hard Life.
DSC_0678
En route jusqu’au Sancy.

DSC_0682

DSC_0694

DSC_0704

DSC_0630

En tout cas, les quelques petites heures passées sur les chemins verdoyants du Sancy m’ont tout de suite conquise. Il est certain que j’y reviendrais. Certain.

Jour 2 : Le massif du Sancy de haut en bas … en haut puis en bas.

Pour ce second (et dernier) jour sur le Sancy, j’ai opté pour une boucle au départ du parking de la station de Chambon des Neiges (une ancienne station de ski), direction les crêtes du Puy des Crebasses, puis le Puy de Cacadogne, le col de la Cabane, une petite ascension du Sancy (et son armée de fourmis volantes) avant de continuer direction le Puy Ferrand, une grosse descente jusque la vallée de Chaudefour, avant de retourner au pied du Puy des Crebasses pour rejoindre de nouveau le parking.

Autant vous le dire tout de suite, la randonnée est magnifique. J’ai eu une journée sublime, beaucoup de soleil mais aussi des nuages passant qui créaient d’incroyables contrastes de luminosité sur les montagnes. C’était … pfiou. Mais. Il faisait très chaud. Très très chaud. Et ça montait et descendait beaucoup (et avec parfois un sol instable qui pousse à être à l’affût et sur de ses appuis), alors mes 2L d’eau et moi-même, on s’est senti abandonné aha. J’ai pu faire une petite pause dans la vallée de Chaudefour à l’ombre et au bord d’un cours d’eau pour me rafraîchir, mais clairement j’ai eu très soif. Trop soif. Cela m’a servi de leçon (je n’ai pas l’habitude de randonner sous d’aussi fortes températures), et c’est avec empressement que je me suis achetée une poche à eau de 2L en rentrant aha. Et deuxièmement, le point de départ de la rando n’est peut-être pas le plus judicieux. Ca monte très fort le matin, descend très fort l’après-midi (ce qui est le cas peu importe le point de départ), mais ça remonte très fort avant de redescendre. En effet, après la vallée de Chaudefour il est nécessaire de remonter via le sous-bois au niveau du Puy des Crebasses avant de redescendre via le bois jusqu’au parking. C’est un peu la remontée de trop. Surtout sans eau, et surtout sans savoir trop si c’était vraiment le bon chemin que j’empruntais (instinctivement et logiquement je ne pensais pas me tromper, mais la présence de 3 panneaux sans noms de destination précis ça me file toujours le doute aha). Ces randos en boucle ont un avantage assez marrant, c’est qu’ils permettent de recroiser des personnes qui font la boucle dans l’autre sens. Ca m’est arrivé plusieurs fois que des gens se souviennent de moi c’est assez rigolo :)

DSC_0857_1

DSC_0746
Des chemins qui grimpent, qui grimpent.
DSC_0802_1
Ca fourmille.
DSC_0806
Pause repas.

DSC_0810

DSC_0822
Oh tiens, ça grimpe encore.
DSC_0838
Mais voilà la descente. La longue descente.
DSC_0848
Jeux d’ombres. Et de lumière.
DSC_0854
La vallée de Chaudefour.
DSC_0759
L’échelle humaine.
DSC_0770
Des volcans à n’en plus finir.
dsc_0829
Le fameux.

dsc_0830

Un Orangina et une bonne douche plus tard, dernière nuit sous la tente avec la certitude que ce massif reverra mes pieds lui piétiner dessus c’est une évidence !

Jour 3 : La dolce via

Après la grosse journée de randonnée d’hier, j’ai pris la route direction le Puy De Dome, celui que je voyais hier depuis les sommets du Sancy. Après quelques petits arrêts sur la route pour voir des cailloux, des lacs, des cascades, des petits villages et de quoi faire le plein de victuailles, j’arrive à Pontgibaud pour poser ma tente et préparer ma rando des Puys du lendemain. La journée est encore très chaude, alors je décide de me reposer et d’user mes pneus pour aller voir le viaduc des Fades, le méandre de Queuille et quelques petits villages autour.

DSC_0866
Cascade du Queureuilh.
DSC_0885
Cascade du Rossignolet.
DSC_0893
Viaduc des Fades.
DSC_0912
Méandre de Queuille.
DSC_0934
Reflets à Pontgibaud.
DSC_0936
Reflets encore.

Jour 4 : De volcans en volcans

A 7h30 je suis au pied du Puy des Goules prête à monter mon premier puy de la journée. C’est donc seule au sommet du cratère (après une bonne montée bien raide et longue) que je savoure le soleil qui se lève et qui se dégage de son voile nuageux. Bel endroit pour prendre son petit-déjeuner. Après un passage par le cœur du cratère, et une tentative pour avoir la vue la plus proche possible de la pub Volvic (oui chacun ses références), je file voir les grottes de Sacoui, et je suis déçue. Rien de bien joli, ni impressionnant. Surtout des barrières et des inscriptions sur les murs de la grotte.

DSC_1007_1
Puy des Goules.
DSC_0984
La vue Volvic depuis le Puy des Goules.

 Je redescends donc, et je prends le chemin direction le Puy Pariou. La population de randonneurs se densifie, il faut dire que c’est le puy le plus grimpé (avec le puy de Dôme)(Volvic le retour) et l’aménagement de sa face sud avec des escaliers permet non seulement de protéger le volcan mais aussi facilite l’ascension. De mon côté j’arrive par la face nord, c’est donc à travers la forêt que je grimpe. Une fois au sommet, c’est impressionnant, le cratère est vraiment très beau. La tranquillité du Puy des Goules me manque vite cependant, surtout lorsque que je le vois tout aussi beau de ce point de vue-là. Je comprends tout de même le succès du Pariou la vue sur le Puy de Dôme et le Puy de Côme de part et d’autre du cratère est impressionnante, et la forme un peu ovale du cratère bien verdoyant fait son petit effet.

DSC_1037
Volcanos everywhere.
DSC_1005
Petit, petit, petit.
DSC_0999
Au coeur du volcan.
DSC_1050
Le Pariou Sud depuis le petit Suchet.
DSC_1042
Au calme.
DSC_1045
Direction le géant d’Auvergne.

Je redescends par les escaliers de la face sud et je fais ma pause déjeuner à l’ombre d’un des rares arbres sur le chemin. Puis je décide de filer direction le petit Suchet et enfin le Grand Suchet, ce dernier permettant d’être au plus près du Puy de Come dont l’ascension est théoriquement interdite désormais (il semblerait à cause de chemins en mauvais état). Au sommet des Suchets, la tranquillité est de retour, sauf sur le grand Suchet où elle sera de courte durée à cause d’abeilles un peu nerveuses aha. Je commence donc à réfléchir sur quoi faire. Il est 14h, j’ai encore du temps. Mais, je n’ai plus beaucoup d’eau. En effet, mes 2L ne sont pas plus vaillants face à la chaleur étouffante de cette journée. Alors je décide de rentrer, le Puy de Dome ne sera pas pour aujourd’hui, pas sans ravitaillement d’eau. Et là c’est le drame. Bon non, mais un peu. Pour retrouver le chemin me menant au parking, une jolie descente en surf sur cailloux se présente. Pas de chute à déplorer, mais une blessure à l’orteil. La rencontre d’un cailloux acéré avec mon orteil sur fond de pied qui tape sur le fond de la chaussure en descente et bam une belle petite coupure. Comme une petite punition pour ne pas avoir persévéré ? Bref. Le mal est fait. Je rentre donc jusqu’au parking, les phases de descente sont assez douloureuses avec mon orteil qui touche un peu la chaussure. Le peu d’eau, la chaleur plombante et la déception n’arrangeant rien. Je finis par retourner au camping où l’orage va gronder très fort. Je vais donc rester à l’abri dans la salle de télévision (quelle superbe idée !) en regardant les JO jusqu’à ce que l’orage s’éloigne et que je puisse rejoindre ma tente pour ma dernière nuit en Auvergne.

Jour 5 : Blessure, petit train et au revoir

Malgré la désinfection et le repos de la veille, la coupure est toujours bien vive au matin. Je n’arrive pas à m’imaginer randonner longuement aujourd’hui, surtout que je ne voulais pas partir trop tard pour faire la route jusque chez moi. J’ai donc pris le premier Panoramique du matin (départ 9h) pour le sommet du Puy de Dôme où j’ai passé 3h à arpenter les chemins, regarder les parapentes, juste rester assise à regarder la chaîne des Puys et lui dire « A bientôt ».

DSC_1153
Tchou Tchou.
DSC_1099
Vol au-dessus d’une chaîne des Puys.

DSC_1115

DSC_1128
Enfilade de cratères.

DSC_1134

DSC_1130

DSC_1148
A bientôt.
Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Cela fait plaisir de te lire à nouveau : -) Merci de partager avec nous ces cinq jours d’escapade, et puis bravo pour la conduite… Reprendre ainsi le volant en solo après 8 ans sans conduite, chapeau ! Je ferais bien de m’en inspirer, tiens ;-) Bises et à bientôt !

    1. Lair_co dit :

      Oh c’est gentil :) Et ca me permet de remarquer que les photos ne s’affichent pas il faut que je règle ca ce soir 😧😧 Et je suis tellement à la bourre dans le suivi de votre TDM, je suis encore trop désorganisée mais j’espère qu’avec l’hiver ca ira mieux on y croit 😁
      Et pour la conduite je n’ai pas été très aventureuse j’ai préféré reprendre des heures de conduite en auto-école même si ce n’était que 4h ca permet de reprendre suffisamment confiance pour ensuite oser m’acheter une voiture et me lancer (et heureusement parce que sans ca je pense que je n’aurais jamais osé postuler à mon poste actuel). Et ca puis bon je ne vais pas le cacher, c’est aussi en prévision de futur roadtrip *sifflote* 😁😁

      1. Hé hé les roadtrips il n’y a que ça de vrai ! Pour l’instant je gère la conduite à deux avec une boîte automatique quand il n’y a pas trop de monde (Australie = destination parfaite !), mais je ne suis pas encore prête à partir comme toi en solo… Ceci dit l’idée des quelques cours de conduite avant est excellente. Je te souhaite le meilleur dans ta nouvelle vie en tout cas ! Grosses bises et à bientôt, au moins par blogs interposés :-)

  2. Cécile dit :

    C’est tout simplement magnifique !

    1. Lair_co dit :

      J’approuve 😊

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s