Carnet de voyage, Ile du Sud, Nouvelle-Zélande

De Wellington à Picton en ferry : Au revoir île du nord, bonjour île du sud.

Embarquement quasi-immédiat pour l’île du sud, en avant toute !

Fin de HelpX et escale à Wellington

Le 8 juin, c’est le départ de chez Neil et Barabara. Réveil très matinal, l’ambiance est morose et particulière. Alix et Olivier se sont aussi tirés du lit pour mon départ, ça me fait très plaisir :) Puis Barbara et Neil m’accompagnent jusqu’à l’arrêt de bus et le temps des au revoir sonne. L’émotion est palpable, je suis toujours gauche et nulle pour exprimer mes émotions mais je pense que la voix un peu serrée n’a échappé à personne. Et puis, c’est le départ du bus, direction Wellington. Le voyage en bus peut se résumer à une grande phase de somnolence. Arrivée à Wellington, passage par le backpack le plus proche du terminal de ferry, achat du ticket pour le lendemain, et hop je décide de profiter du temps qu’il me reste pour sortir prendre l’air. Je me balade donc le long du port jusqu’à Oriental Bay, la plage de Wellington où je vais voir la nuit tomber progressivement. Et de l’air je vais en prendre, le vent est clairement de la partie, il est même difficile d’avancer. Et surtout, les émotions me tombent dessus d’un seul coup. C’est le retour de bâton du « on sait ce qu’on quitte mais pas ce qu’on trouve ». Parfois c’est plus difficile que ce que l’on imagine de tourner une page, de boucler un pan de sa vie. Mais tout de même, malgré cette peur latente, pour une fois je sens qu’elle n’est pas seule. L’impatience est là. L’envie aussi. Je suis persuadée que de belles choses m’attendent là bas. De l’autre côté de la colline.

DSC_0305S

Ceci est une petite carte récapitulative des trajets que j’ai fait sur l’île du nord, entre les road trips, les HelpX, et les petits moments de vagabondages. Je n’ai pas tout couvert du tout, et pourtant j’ai comme ce sentiment d’en avoir fait le tour, juste simplement parce que j’en ai appris beaucoup.

ni

Traversée: d’une île à l’autre par le Queen Charlotte Sound

Le 9 juin je suis donc au départ du ferry pour la traversée du détroit de Cook. Check-in, dépôt de bagage, ferry. Ceci me donne le sentiment de complètement changer de pays. Très étrange. . Les 3h de ferry ne sont finalement pas suffisantes pour réaliser que je pars de nouveau vers l’inconnu.

Le premier paysage de l’île du sud qui apparaît sous mes yeux c’est le Queen Charlotte Sound. Et ma foi, si le reste de l’île est à cette hauteur, alors on va bien s’entendre. Le trajet en ferry se passe bien, la mer n’est pas très agitée, mais le vent souffle très très fort. Bonnet et capuche ne sont pas de trop, le vent continu pourtant de fouetter le visage et pire, ça devient même difficile d’avancer. Prendre une photo demande même une contraction intense de tous mes muscles pour ne pas bouger, c’est dire !

Puis, enfin, l’île du sud se dessine avec quelques montagnes enneigées au loin, puis le sound, c’est un sourire béat qui va se coller sur mon visage. L’île du Sud. Enfin. Plus de 150 000 km² à parcourir, devant lesquels s’émerveiller. Impatience.

DSC_0387

DSC_0393

DSC_0444

DSC_0407

Picton: entre HelpX, sound et festival d’hiver

A l’arrivée à Picton, le temps s’est couvert, le vent est levé, je décide donc de filer directement vers Kaikoura où je vais rejoindre Gwennaïs, une française avec qui je vais partager un bout de chemin.

Pourtant je vais faire une petite élipse. En effet, après 4 jours passés à Kaikoura je suis revenue à Picton en compagnie de Gwenn, où nous nous sommes lancées pour la première fois dans du work exchange dans un backpacker. Le principe est le même que lors des HelpX, quelques heures de travail par jour contre le gite et parfois le couvert.

Nous sommes tombés dans un drôle de backpacker (l’Atlantis), un mastodonte du genre. Près de 80 lits (dont un dortoir de 20 lits !), deux étages, une piscine intérieure (abandonnée certes, mais ça donne une idée de la taille du monstre), des fresques sur tous les murs, un petit labyrinthe, beaucoup de voyageurs. Et surtout des employés … hauts en couleurs. Bref, le temps passant vite, nous avons pu tout de même bien rire de certaines situations ubuesques, on a regardé les 3 saisons de Serlock et surtout exploré les environs.

C’est donc soit depuis le Snout Track (bien boueux et glissant après de fortes pluies !) ou depuis le Hilltop View Point que le Sound a pu montrer toute sa beauté. En autant vous le dire, hors saison, la tranquillité est assurée ! Pendant cette semaine à Picton le Mid Winter Swim a également eu lieu, c’est donc sous nos yeux un peu perplexes qu’un nombre considérables de personnes costumées se sont jetés dans les eaux (bien froides si besoin est de le préciser) du port. Beaucoup d’organisations pour seulement 2 minutes de réelle activité, mais certains costumes valaient clairement le détour !

DSC_0275

DSC_0274

DSC_0256

DSC_0297

DSC_0562

DSC_0285

J’ai également pu recroiser Maribel, ma compagnonne de voyage péruvienne du mois de mai, c’était bien agréable de se revoir quelques semaines après et partager de nouveau sur ce qu’on a vécu entre temps :)

Publicités

3 thoughts on “De Wellington à Picton en ferry : Au revoir île du nord, bonjour île du sud.”

    1. Vous ne serez pas déçus, c’est impossible je crois (sauf temps vraiment horrible ^^). Vous avez prévu d’y venir avec le printemps ?

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s