Les pommes ne poussent pas au supermarché: récit d’un HelpX dans un verger bio à Otaki !

Après mon HelpX réussi à Taupo, j’ai directement filé faire un HelpX à Otaki, à la découverte des pommes, du cidre et du vélo de montagne.

Otaki est une petite bourgarde située à environ 70 km au nord de Wellington sur la côte ouest de l’Ile du Nord. C’est donc une petite ville pas très folichonne mais avec trois atouts de taille:

– la mer toute proche

– une très jolie forêt à proximité

– une super famille d’HelpX

Je suis donc arrivée chez Remus et Lily qui m’ont très bien accueilli tout au long de ces 15 jours. Mon travail tournait autour des pommes (et parfois des poires et des feijoas), du ramassage de ces dernières au milieu de l’immense verger bio, à leur sélection pour supermarchés/marchés, leur vente sur le marché et la fabrication de cidre artisanal. On peut dire que j’ai aperçu beaucoup des aspects de l’utilisation classique des pommes ! Et elles étaient délicieuses pour ne rien gâcher. Par contre les feijoas restent mon grand râté, j’ai détesté le goût, enfin non plus précisément l’un des goûts qu’on ressent en le mangeant. Vraiment, ce n’est pas pour moi. Par contre, j’ai découvert les kiwi gold, et depuis nous sommes devenus très bons amis.

Le travail était plutôt physique, en effet, la cueillette se fait en hauteur, et surtout à l’aide d’un panier qu’on porte sur ses épaules avant de le vider dans des cagettes. Il faut aussi transporter les cagettes jusqu’à l’entrepôt, donc les cagettes jusqu’au van puis les décharger et ce plusieurs fois par jour. Le cidre est étalement assez épuisant car il faut porter les pommes broyées jusqu’au pressoir et bien entendu presser. Malgré tout, la bonne ambiance dans le travail permet de faire passer cela assez bien, et le nombre d’heures réduits en HelpX limite la casse comparativement à un job payé de picking (le travail c’est jusqu’à 10h par jour). Donc malgré quelques frayeurs dont l’arachnophobe que je suis se serait bien passée, ce travail fut ma foi assez plaisant. Le soleil fut majoritairement de la partie, ce qui rend les choses d’autant plus agréable, mais le vent soufflait parfois et à plus de 2 mètres du sol, ça ne rassure pas. J’ai également pu conduire un tracteur, ce qui reste toujours un peu drôle et insolite.

J’ai également tenu seule le stand de vente au marché (après les oeufs, les fruits), et je dois dire que ce poste d’observation permet d’en apprendre bien plus sur les Néo-zélandais. J’ai par exemple pu d’autant plus appréhender leur façon d’user (et abuser) de la politesse et de cette volonté de ne pas créer de vagues. En effet, de nombreuses fois durant le marché, ils s’approchaient du stand, demandaient le prix , et malgré le fait que j’ai bien compris que c’était trop cher par rapport à ce qu’ils envisageaient, au lieu de simplement dire merci et s’éloigner, ils se lançaient dans des éloges à base de « ouah c’est super » « quelle bonne idée » (pour le nectar de poire) « ça a l’air délicieux » voir allaient jusqu’à mentir en disant « je repasserais après la fin de mon tour de marché ». Et cette différence culturelle m’exaspère un peu, vu qu’elle est valable pour tout et n’importe quoi.

Au delà de la découverte de cette famille, de leurs voisins et amis aussi, cela permet également d’en apprendre plus sur le fonctionnement de la Nouvelle-Zélande (éducation scolaire, consommation, rapport à l’environnement, etc.) ce fut vraiment des échanges très enrichissants ! De plus, cette famille venait de Roumanie, c’est donc une double découverte culturelle (et gustative miam !) qui a eu lieu, et au final, bon nombre de points communs nous lient de l’ouest à l’est de l’Europe :)

J’ai également pu profiter de mon temps libre pour faire du vélo ! Tous les jours une petite balade, et même une bien plus grosse un samedi de jour off ! Ce qui devait être une balade de 5 km s’est transformé en sortie de 40 km aller-retour avec plus d’une quinzaine de kilomètres de mountain biking ! Mes cuisses s’en souviendront longtemps de cette sortie jusqu’à la forêt de Taranua.

DSC_0609

DSC_0625

DSC_0651

Comme beaucoup d’endroits en Nouvelle-Zélande le bord de mer est bordé de superbes montagnes ce qui permet d’apprécier même une simple petite balade au milieu des champs, et on tombe parfois sur de drôle de choses comme ces deux bus abandonnés qui étaient autrefois utilisés à Wellington.

DSC_0288

DSC_0547

DSC_0509

DSC_0338

DSC_0354S

J’ai également pu en profiter pour passer une journée à Wellington, la capitale du pays, mais je vous réserve ça pour un prochain article vu que j’ai pu y passer deux jours de plus quelques temps plus tard. Après cet HelpX j’ai mis le cap direction Napier, donc suite au prochain épisode (en espérant avoir plus régulièrement une connexion internet aha !).

DSC_0390

DSC_0537

Publicités

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s