Jour 8: Lagagikar (ou Laki) : l’endroit où la révolution française trouverait ses racines.

Au menu du jour c’est Laki, un chapelet de 130 cratères alignés, et dont les éruptions en 1783-1785 auraient, de part les éruptions de cendres dans l’atmosphère, entrainé de très faibles rendements dans les productions agricoles françaises. Les familles qui en découlèrent auraient ainsi participer à renforcer la grogne qui mènera le peuple français à la Révolution de 1789. Que de pouvoir chez les volcans !

Réveil en fanfare à cause de mon second téléphone qui a sonné, impossible de remettre la main dessus avant plusieurs dizaines de secondes, gros gros stress et grosse grosse honte (j’ai ainsi réveillé tous mes voisins à coup de Gorillaz).
Mais pas le temps de s’attarder trop longtemps, le bus à 8h direction Laki ne m’attendra pas. C’est le même chauffeur que la veille qui m’emmènera à une correspondance. Arrivée au changement, le chauffeur rigolo me présente à mon nouveau chauffeur en m’appelant « my special friend » et me fait un câlin, et me dit à toute à l’heure (vu que c’est lui qui me ramènera au camping le soir). Et on dit que les islandais sont froids ? Aha !
Montée dans le bus et direction le Lakagigar. Près de 3h30 de route pour faire 50 km ça laisse présager de l’état de la route. Malheureusement, c’est la déception, le brouillard est de la partie, et forcément, le point de vue est en hauteur, et donc … complètement dans le brouillard. Alors les petites balades à pied permettent de voir des paysages surprenants mais le point de vue manque.

DSC_0410

DSC_0408

DSC_0417

DSC_0504_1

Dans l’après-midi le temps se dégage et cela permet de voir des paysages dignes d’un tableau mais le souvenir du point de vue raté (et pourtant tant attendu) a un peu gâché la fête.

DSC_0550

DSC_0533_1

DSC_0551

Dernier arrêt avant de rentrer, une autre cascade : Fagrifoss .

Le point positif de cette journée fut la remise à niveau en allemand (« Es ist rot »), car oui une rando avec uniquement des allemands (plutôt âgés) et bien ça remet sur les rails !
Retour et arrêt à la station service pour la correspondance. Une vraie station service comme dans les films, avec vente de burgers, hot dog, petit supermarché. Puis retrouvailles avec mon ami-chauffeur qui me demande comment était ma journée, et me dit qu’il espère me revoir demain aha (ce qui ne sera pas le cas).
Retour au camping pour une soirée très calme à cause d’une grosse fatigue liée à cette longue journée, un peu décevante malgré tout.

Publicités

Un avis, une critique ou un petit mot d'encouragement ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s